Pasteur Joseph Bondo Kasongo

L'événement de la Pentecôte a inauguré une nouvelle ère chrétienne avec une marque distinctive qui la caractérise : le feu du Saint-Esprit. Plus que jamais nous en avons besoin, non seulement pour brûler, mais aussi pour briller afin de relever efficacement les défis de l’ordre suprême. Car, Il n'y a que le Saint-Esprit avec son feu qui peut atteindre les cœurs des gens et leur communiquer la vie divine. Élevé dans une position prééminente à la droite du Père, le Seigneur Jésus est entrain d’accomplir son autre ministère,

celui de baptiser du Saint-Esprit et de feu.La Bible nous renseigne que Dieu se manifeste par le feu qui est intimement lié à sa personne. Les exemples bibliques sont légion, à l'instar du récit du buisson ardent. Nous voyons que le feu occupait une place importante dans l'ancienne alliance, surtout dans le sacerdoce. Cependant, sa source devait être DIVINE et non la résultante des efforts humains ou des activités religieuses ; sinon, on le qualifie du « feu étranger » qui attire malheureusement le jugement de Dieu. Les deux fils d’Aaron, Nadab et Abihu, en sont une illustration éloquente. Il sied de rappeler que le jour de la Pentecôte se poursuit encore aujourd'hui, et que nous devons rechercher constamment cette dynamique et y demeurer. Notons que le feu d’en haut est la seule alternative pour manifester le règne de Dieu sur la terre. Il  n'a pas de date de péremption, néanmoins il peut avec le temps diminuer d'intensité ou même être éteint, si nous ne faisons pas attention ; d'où, la nécessité de l'entretenir. Et même si ce serait le cas, il y a toujours moyen de monter dans la chambre haute pour être de nouveau embrasé. Car, nous vivons une ère unique où le Saint-Esprit est disposé à embraser tous ceux qui se tournent vers Christ avec soif et foi afin d'être des témoins enflammés comme furent les premiers disciples du Seigneur.