Rappelons que Satan et les démons ont une capacité de nuisance inimaginable et un pouvoir destructeur terrible. Cependant, ils sont désarmés, dépouillés face à Jésus qui a tout pouvoir sur eux. Après avoir reconnu l'identité de Jésus qu’il est d'origine divine, céleste. Ils adressent deux supplications au Seigneur : Qu’il ne les envoie pas dans l’abîme ou les abysses mais qu'il leur permette d'aller dans les pourceaux. Nous pouvons être choqués par la réaction du Seigneur qui exauce la demande  des démons causant ainsi la perte des pourceaux avec des retombées économiques.

Il y a tant à dire sur l’attitude des démons lorsqu'ils sont confrontés à la puissance incommensurable de Jésus. Ils reconnaissent l'identité de Jésus, qu'il est d'origine divine. Cette attitude met en évidence que les abysses, tout l'enfer savent qui est Jésus, et la mission de Paul à Ephese en est une illustration éloquente. Ce qui s'est passé là-bas nous montre que partout où l’évangile de Jésus est prêché dans la puissance du Saint-Esprit, il y a des miracles et des signes qui s’opèrent en son Nom. Les démons ne partent que lorsqu'ils sont confrontés à un nom, celui de Jésus Christ de Nazareth, et non par des rituels, des formules mystiques dont certains exorcistes prétendraient connaître le secret.

Rappelons que Jésus est le seul remède face à la puissance démoniaque, l'emprise satanique, à l'instar de cet homme connu autrefois comme l'homme des tombeaux, le résident du cimetière, le fou de Gadara qui rencontre Jésus, et les résultats ne se font pas attendre. Tout de suite il est complètement transformé, totalement débarrassé de son héritage démoniaque ;  

La réaction de cette légion démoniaque envers le Seigneur nous apprend beaucoup sur le Jésus de la Bible, des évangiles, qui est lumière des nations, espoir du monde, seul remède à la possession démoniaque. Les versets 28, 30, 31, 32 du chapitre 8 de Luc en disent long. A travers ce récit, retenons que les démons aussi s'expriment, parlent. D'où, le discernement des esprits s'avère nécessaire.

À cause des œuvres du diable, le monde est ce qu'il est, une vraie nécropole, un vrai capharnaüm. Cependant, au sein de tout cela se trouve Jésus qui reste et demeure l'espoir du monde. Le cas de ce fou de Gadara (Gérasa) en dit long. Ce récit nous montre d'une part que le diable n’a pas d'autre objectif que celui d’avilir l'homme, de l'animaliser, de le détruire. D'autre part, l’une des raisons pour lesquelles Jésus est venu dans ce monde,